"J'habite une terre,
Ou, devrais-je dire,
Je suis habité par une terre.

Une terre d'enfance,
Une terre d'asile.

J'ai poussé là comme un arbre,
Et mes doigts, devenus racines,
Fouillent les profondeurs de la glèbe.

J'ai grandi sur le lieu-dit la Glos.
De vieilles gens, dans le village,
Disent que cela signifie la glaise.

La glaise comme terre d'origine,
La glaise, terre grasse, terre d'argile.

Elle a porté mon enfance,
Elle m'a modelé,
La terre modèle les hommes.

Elle m'a pris en son sein,
Elle a mis en moi le goût de la pâte.

Elle m'a donné l'âme d'un modeleur..."